Page:Castel - La Forêt de Fontainebleau, Deterville, 1805.pdf/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
NOTES.

sombres et avec les sites sauvages de la Forêt. C’est dans ces lieux incultes qu’elle aime à croître ; transplantée dans nos jardins, les rameaux s’alongent, les fleurs s’écartent et n’offrent plus cette masse d’un blanc pur qui se faisoit distinguer de loin.




NOTE II.


Attache les dés d’or aux longues digitales.

La digitale a tiré son nom de la forme de ses fleurs, qui ressemblent à un dé à coudre, qu’on auroit un peu échancré. On en trouve deux espèces à Fontainebleau, la purpurine et la jaune. Cette dernière, dont les fleurs sont moins grandes, vient sur les coteaux pierreux de Valvin, où elle se fait remarquer par ses tiges droites que termine un épi de fleurs nombreuses, unilatérales, et d’un jaune pâle.