Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/464

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
436
les quatre fils aymon

« Sire, ço dist Ogiers, par Deu et par son nom,[1]
5520Jo n’en quier mes parler, faites en vostre bon.
L’avangarde ferai à .iiii.m. compaignons ».
« Par mon cief, ce dist Charles, autre i envoierons.
Qui vos croit en çou faire, ja n’ait s’arme pardon. »

Charles, li rois de France, en issi de son tré ;
5525Duc Naimon apela et le conte Otoé,
Gondebuef de Venduel, lui et Milon d’Angle,
Ydelon le Baivier ovec a apelé.
« Segnor, dist Charlemaignes, à moi en entendes.
Jo vos demanc consel que vos le me dones,
5530Por amor [dame] Deu de sainte majesté.[2]
Or poes ci veïr mainte loge et maint tré
Et tante rice aucuble, tant pavellon levé ;
.iiii. liues plenieres en ont li rens duré.
Il n’a bon chevalier desi à l’arc beté
5535Qui ne soit en cest ost venus et atravé ;
Molt i a de prodomes c’unt esté esprové.
Et comment puet ço estre, por sainte Carité,
Qant jo ai si grant force et si grant poesté,
Que .iiii. vavasor m’unt issi demené ?
M 147 5540Ja n’unt il entr’els tos castiel ne fremeté,
Fors sole Vairepaine où Allars est fermé,
Ou Français m’ont traï ou Maugis encanté.
Bien sai qu’il m’ont traï par lor grant fauseté.
Comment vait, ço dist Charles, por sainte Carité,
5545Que sui par ces glotons si forment agrevé
Et tant m’ont travellié et tant fort m’ont pené ! »
Ydelon de Baviere s’en est en piés levés ;
Ja dira sa raison, oes sa volenté :

« Sire, drois emperere, à moi [en] entendes.[3]
5550Vostre buen aves dit et vostre volenté ;
Or vos dirai un poi de ço qu’ai enpensé.
Il n’est hom qui puist mie devant vo cors paller,
S’i ne dist tot vo uen et tot vo volenté,
Qu’il ne soit par vos sempres de traïson reté.

  1. 5519 L Karles.
  2. 5530 L amor Deu.
  3. 5549 L à moi entendes.