Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/976

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
948
appendice

Renaus li fix Aimon ne s’est asseürés.
185Ses garnemens a fait en la plache aporter,
Soz le pin au perron s’est Renaus adoubez.
Il a vestu l’auberc, s’a le hiaume frumé,
Et a chainte Floberge au senestre costé.
Il demande Baiart, on li a amené.
190Li chevaus orgueillous demaine grant fierté
Que il grate des piés et si fronche du nés,
D’une lanche pleniere n’i ose hons habiter.
Quant il voit son seignor, si commenche a tranler.
Et pendi à son col .i. fort escu bendé
195Et si prist en son puing .i. espié noelé,
Devant à .v. claus d’or le gonfanon levé.
Renaus broche Baiart des esperons dorés
Et il li saut de terre .xxx. piez mesurez.
« E Dix ! chou dist li dus, qui en crois fus penés,
200Garissies hui mez cors de mort et d’afoler. »
Son cor a pris Bondin, si commenche à corner.
Li cors estoit ites que vous dire m’orres,
De .ii. lieues plenieres le puet on escouter.
Qui donc veïst bourgois et chevaliers arme[z]
205Entour le duc Renaut venir et assanler.
Quant il sont à cheval à .iii.m. sont d’armé.
Par la porte Foucon issent de la chité.
Li forestiers les guie parmi le bois ramé,
Dessi à Balenchon ne se sont arresté,
210Et garderent sor destre, si coisirent les trés,
Et quant Renaus les voit, ses hommes l’a monstré.
« Seignor, chou dist li dus, aves vous esgardé ?
Fu il mais tel richesche, s’assalir les osez ? »
Turpins li archevesques a contremont gardé
215Pour chou qu’il vit en l’air les grans oisiaus voler,
Et les pies haut braire, les cornellez crier.
Li bois fu si fueillis, menuement ramé,
Qu’il ne porent coisir les destriers sejornez,
Les haubers ne les hiaumez ne les escuz gemez ;
220Mais tant a l’archevesques en contremont gardé,
Qu’il voit entre .ii. arbrez enseigne venteler.
Il est saillis en piez, si est tous effraés.
Que bien set que che sont lor anemi mortel.
L’archevesques Turpins en est en piez saillis,
225Forment fu effraés quant les enseignes vit,
Il sot bien que che furent lor mortel anemi.