Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
106
TRAITÉ DE LA PEINTURE

tu as fait des champs avec des couleurs qui n’auraient pas été bien encollées, donne une couche de cette colle, elle retempère les couleurs et les raffermit, de façon que tu peux les vernir à ton choix, si c’est sur panneau, et même les bleus sur le mur. Elle serait bonne aussi à encoller les plâtres si elle n’était d’une nature maigre, et le plâtre qui doit retenir l’or veut un encollage gras [1].

cxii.Pour faire une colle de chaux et de fromage.

Il y a une colle qu’emploient les maîtres charpentiers. Elle se fait de fromage amolli dans l’eau. Broie-la avec la molette à deux mains en y mêlant un peu de chaux vive. Si tu la mets sur un morceau de bois et sur l’autre, elle les joint et les attache parfaitement ensemble. Ceci te suffit pour faire des colles de toute espèce.

FIN DE LA CINQUIÈME PARTIE.


  1. Vasari (cap. xx della lntrod. alle tre arti, etc.) dit que les vieux maîtres ne se servaient que de cette colle comme tempera pour les bleus, parce que la teinte jaune des œufs les aurait fait verdir. Notre auteur, qui en avait, lui, la pratique, l’enseigne ici pour d’autres raisons ; car au chap. cxli, il prescrit de tempérer l’azur d’outremer avec du jaune d’œuf, bien que peu ; et au chap. lxxxiii, il veut que l’on encolle l’azur avec un jaune d’œuf entier, et de ceux de la campagne qui sont plus rouges. (Cav. Tambroni.)