Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
SIXIÈME PARTIE

comme si tu faisais une pâte pour la friture, pétris-le avec adresse et si complètement qu’il n’y reste aucun morceau. Puis, dans un chaudron d’eau bien chaude, mets ton vase avec le plâtre encollé : ainsi le plâtre se tient chaud et ne bout pas ; s’il bouillait, il serait gâté. Lorsqu’il est chaud, prends ton panneau, avec un assez gros pinceau de soies bien doux, trempe dans le vase pour en prendre assez ni trop ni trop peu, et étendre une couche sur le plein, le cadre, les feuillages, etc Il est vrai que pour cette première couche, tu dois, en la donnant, passer avec les doigts la paume de la main, applanir et frotter partout pour aider à bien incorporer le plâtre fin avec le gros. Quand tu as fait ainsi, recommence, donne une nouvelle couche, cette fois sans frotter ; puis laisse-le reposer un peu, pas assez pour qu’il sèche complètement, et redonne une nouvelle couche dans l’autre sens, toujours au pinceau. Laisse sécher selon l’habitude ; puis donne une autre couche dans un autre sens toujours ainsi, et tiens bien ton plâtre chaud. Tu en donneras sur les plats au moins huit couches, sur les feuillages et autres reliefs on en donne moins ; mais sur les pleins on n’en peut trop donner, à cause du grattage qui se fait ensuite.

CXVIII.Comment on peut enduire de plâtre fin sans une préparation au gros plâtre.

On peut encore, après avoir mis deux ou trois encollages comme je te l’ai indiqué d’abord, si les travaux sont petits et délicats, ne donner que des couches de plâtre fin et autant qu’il te paraîtra nécessaire

CXIX.Comment tu dois encoller et broyer le plâtre fin pour reliefs.

Il y en a beaucoup qui broyent le plâtre fin simplement avec l’eau et la colle, Ceci est bon pour placer le