Page:Chézy - Anthologie érotique d’Amarou.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trop vagues de Satha Nâyaca, Dhrichta Nâyaca, Dhoûrta Nâyaca, Mougdhâ Bâlâ, et autres semblables, sans s’embarrasser le moins du monde de spécifier les nuances souvent très-délicates, qui font, de ces charmans tableaux, autant de petits chefs-d’œuvre.

C’est en nous pénétrant de ces nuances, et tout plein encore de l’impression que ces scènes délicieuses avaient faite sur notre esprit, que nous les avons désignées comme par inspiration, et sans nous astreindre à traduire littéralement ceux même des titres originaux que nous avons cru devoir conserver.

Le lecteur sera donc le maître de les adopter ou d’en substituer d’autres à son plaisir, selon la manière dont il se sentira affecté par ces vives étincelles qui semblent jaillir du flambeau même de l’Amour.