Page:Cham - Albums du Charivari, Vol. 3.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cham - Charivari - V3d189-a.png
Cham - Charivari - V3d189-b.png

— Enfin ! je danse ce soir. J’ai bien envie de lui faire un procès avec dommages et intérêts pour m’avoir occasionné une incapacité de travail pendant plus de vingt jours.

— Ah ! ma chère amie ! rien n’a donc de l’influence sur vous ? Je vous rencontre à la mi-carême encore dans cet état-là !

Cham - Charivari - V3d189-c.png
Cham - Charivari - V3d189-d.png

— Comment ! tu m’avais demandé de te payer un bâton de sucre de pommes ?

— Oui, mais j’ai réfléchi que c’était le dernier bal !

— Hi ! hi ! je veux aller retrouver ma bonne !

— Eh bien, mon enfant, allons la chercher. Où est-elle ?

— Elle était au bal masqué de l’Opéra de la mi-carême, nous la trouverons, c’est sûr, au prochain bal ; si monsieur veut me donner son bras ?

— Diable ! mon bras jusqu’à fin de décembre prochain… merci !