Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. lOl

et céder à cette force, qui d’ailleurs se manifesta sans violence et avec une sorte de règle. Nul accident grave ne signala cette sortie. Le seul désagrément, très-odieux sans doute pour des ducs, marquis et comtes, mais qu’il fut impossible de leur sauver, ce fut la nécessité de défiler entre deux haies de citoyens non décorés, obscurs même, et dont peut-être aucun, par sa naissance, ne pouvait être présenté à la cour.

Plût au ciel que, sans nuire à l’établissement de la liberté publique, il eiit été possible d’épar- gner à ses ennemis des malheurs plus grands que cette humiliation passagère !

CINQUIEME TABLEAU.

Bustes de MM. d’Oiléans et Necker portés en triomphe et brisés à la place Louis-xv.

lies tableaux précédens ont suffisamment fait concevoir quel était le trouble, le désordre, l’a- gitation de Paris. Chaque instant y apportait de Versailles des nouvelles qui, vraies ou fausses, re- doublaient la fermentation générale. Les lieux publics, les jardins, les cafés, n’offraient par- tout que des grouppes d’hommes avides de parler ou empressés d’entendre; et, dès le matin de cette journée mémorable, un pressentiment inquiet avait fait sortir de leurs maisons les citoyens les