Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


a î O ŒUVRES

sorte une communauté de ressentiment. Ils li- saient ou entendaient lire cette foule d’écrits, pu- bliés tous les jours, où les torts du gouvernement, les projets absurdes et désastreux des ministres et de tous les hommes en place, étaient dénoncés au peuple dans un style grossièrement énergique, dont l’effet s’est plus d’une fois manifesté trop ra- pidement. Ces écrits étaient semés de ces maximes qu’on appelle philosophiques, et qui ne sont que le résultat du plus simple bon sens, puisque la plupart expriment des vérités incontestables, qui frappent par leur évidence, et que le cœur saisit avidement. On portait, jusques dans les casernes, ces écrits, qui répandaient parmi les soldats les idées, les rumeurs et les agitations de la capitale. Des libéralités, accompagnées de promesses, don- naient du poids parmi eux à cette nouvelle doc- trine ; et l’accueil, quelquefois fraternel, qu’ils recevaient des citoyens les plus aisés, formait un contraste saillant avec la rudesse dont les agens du despotisme usaient à l’égard de ses soutiens. On aigrissait encore leur mécontentement contre leur colonel, qui, à ce titre seul, était très-odieux au peuple. On le supposait complice des mesures prises avec les ministres contre Paris; et l’opposi- tion révoltante de cette conduite et de ses devoirs comme député à l’assemblée nationale, redoublait l’indignation populaire: plus d’une fois il en avait évité l’effet, lorsqu’il courut enfin le risque d’eu être la victime.