Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


284 OEUVRES

QUINZIEME TABLEAU.

Mort de M. de Flesselles, Prévôt des marchauds de Paris.

JNaiTS avons vu, aux premiers momens de l’insur- rection parisienne, les habitans de la capitale abandonnés à eux-mêmes, dans le silence des au- torités constituées, en appeler une autre, et re- connaître provisoirement celle des électeurs: puis- sance nouvelle, sortie du sein du peuple, peuple elle-même et par conséquent marquée du caractère le plus respectable, le plus fait pour tenir lieu d’une légalité alors impossible. C’était le besoin général, c’était le vœu public qui avait appelé les électeurs à l’hôtel-de-ville. Mais, à paine réunis, ils cherchèrent à donner à leur assemblée la légalité qui lui manquait. Quelques-uns d’entre eux dirent que la présence du prévôt des mar- chands leur était nécessaire. C’était vouloir mar- cher vers la liberté sous les auspices du despo- tisme ; mais cette aparence de régularité puit au erand nombre. On mande M. de Flesselles ; il ar- rive. 11 prend sa place au milieu des applaudssse- mens universels, v Mes enfans, dit-il, je suis votre père, et vous serez contens. » A ces mots, les ap- plaudissemens redoublent; car la liberté naissante