Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/392

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DK CIIAMFORT. 38 ï

Paris. On conduisit Besenval au château de Brie-’ Cointe-llobert, où il fut gardé soigneusement et à grands frais.

Le peuple, en voyant que le prisonnier ne pouvait lui échapper, et se tenant sûr de sa ven- geance, modéra ses emportemens. Des affiches lui apprenaient chaque jour les soins qu’on se don- nait pour prévenir l’évasion de l’accusé; et ce fut cette attention qui le sauva. On ne s’efforça point de hâter un supplice qu’on croyait sûr ; et le coupable échappa entre la loi ancienne qui lui avait commandé d’obéir à son maître et les prin- cipes nouveaux qui, faisant un devoir de l’insur- rection, poursuivent et condamnent ceux qui s’ef- forcent de la réprimer.

VINGT-SIXIÈME et DERNIER TABLEAU.

Députation des femmes artistes présentant leurs pierreries et bijoux à l’Assemblée nationale à Versailles, le 7 septembre 1789.

Ci’EST un de ces momens précieux au génie des arts non moins qu’au patriotisme. Les annales de Rome n’ont point dédaigné d’immortaliser les sacrifices que de généreuses citoyennes firent à leur patrie des ornemens les plus chers à leur sexe, et le pinceau des artistes s’est souvent exer- cé sur cet acte de civisme. Chez nos vertueuses