Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/451

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l\l\0 OEUVRES

Alors le désordre est au comble; les Clcrmonts refusent d’obéir au roi; et, protégeant la révolte de plusieurs villes du royaume, ils appellent en Si- cile la reine Jeanne et Louis son époux. Cent douze places’ vendues ou surprises aiborent l’é- tendard de Naples; et l’Europe, les yeux ouverts sur cette île mallieureffse, juge de l’excès de ses calamités, en la voyant sacrifier sa haine pour le nom d’Anjou, et prête à passer sous les lois de cette maison détestée.

Le jeune Louis de Sicile meurt; Frédéric son frère lui succède, prince âgé de quatorze ans. Son règne n’est qu’une suite de désastres sous la régence de sa sœur, simple religieuse incapable de gouverner un monastère, et qui se trouve à la tête de l’état.

Jeanne de Naples et son époux entrent en triom- phe à Messine; et Frédéric va perdre la Sicile. Mais il existe un homme qui veille sur sa destinée. . Blaze d’AîIagon attaque l’escadre i apolitaine, la disperse, et, malgré ses blessures, va battre sur terre le général qui assiège la place, sauvant ainsi par deux victoires en un jour, la Sicile et son roi. Ses succès amenèrent une paix générale que le pape ratifia enfin, ne pouvant plus s’y o])poser.

Jeanne, de retour dans ses états, veuve de Jouis, veuve encore du jeune prince de Majorque (car ses maris se succèdent rapidement j, épouse en quatrièmes noces le jeune Othon duc de Bruns- wick : mariage imprudent, qui semblait annider