Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/466

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 45

que Ferdinand u est rentré dans Naples ; il y meurt, et sa mort est bientôt suivie de celle de Charles viii.

Louis XII, son successeur, qui avait de son chef des droits sur le duché de Milan, se porte pour héritier des droits de Charles viii sur Naples, et s’en était déjà qualifié roi. L’inutile campagne de Charles en Italie avait coûté à la France le Roussillon et la Cerdagne, qu’il avait fallu céder à Ferdinand-le-Catholique, pour ache- ter son inaction. Louis xii, destiné à être encore plus trompé par ce prince que ne l’avait été Charles viii, craignant d’être traversé dans sa conquête par les prétentions du roi d’Espagne, conclut avec lui un- traité par lequel ces deux monarques se partageaient le royaume de Naples, qu’ils devaient tous deux attaquer en même temps.

On vit donc deux rois, l’un nommé très-chré- tien, l’autre le catholique, unis poiu dépouiller un souverain légitime, demander au pape Alexandre vi, opprobre du saint-siége, la per- mission de partager sa dépouille, et dans l’instant où ce pontife est en liaison publique avec le Turc, lui représenter ce pacte unique et révoltant comme un traité religieux qui bientôt va réunir et armer les chrétiens contre les infidèles. Quelle fut la victime de cette union perfide ? c’est le vertueux Frédéric, second fils de Ferdinand i, qui, lors delà conjuration des barons napohtains,