Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CIIAMFORT. 63

vvU à moitié chemin ; répondit l’archevêque.» Ce mot peint tout un caractère.

— Le maréchal de BrogUe avait épousé la fille d’un négociant; il eut deux filles. On lui propo- sait, en présence de madame de Broglie, de faire entrer l’une dans un chapitre. « Je me suis fermé, dit-il, en épousant madame, l’entrée de tous les chapitres.... — Et de l’hôpital, ajouta-t-elle. »

— La maréchale de Luxemhourg, arrivant à l’église un peu trop tard, demanda où en était la messe, et dans cet instant la sonnette du lever- dieu sonna. Le comte de Chabot lui (Ht en Ijc- gayant : « IMadame la maréchale,

« J’entends la petite clochette, » Le petit mouton n’est pas loin. »

Ce sont deux vers d’un opéra comique.

— La jeune madame de iNI, étant quittée

par le vicomte de Noailles, était au désespoir, et disait: «J’aurai vraisemblablement beaucoup d’amans ; mais je n’en aimerai aucun, autant que j’aime le vicomte de Noailles. ».

— Le duc de Choiseul, à qui l’on parlait de son étoile, qu’on regardait comme sans exemple, ré- pondit : « Elle l’est pour le mal autant que pour le bien. — Comment? — Le voici: j’ai toujours très-bien traité les filles: il y en a une que je né- glige; elle devient reine de France, ou à peu près. J’ai traité à merveille tous les inspecteurs, je leur