Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
128
CHIMIE

Parmi les principes contenus dans les urines, il y a quelques sels indécomposables par les organes digestifs du végétal, tels que les phosphates de chaux, les muriates et sulfates de potasse. Ceux-ci ne peuvent servir qu’à exciter, stimuler les organes mais on peut regarder l’urée, le mucilage, l’acide urique et autres matières animales comme éminemment nutritifs.

L’urine sortant de l’animal ne doit pas être employée comme engrais, elle agirait avec trop de force et pourrait dessécher les plantes ; il convient de la délayer par l’eau ou de la laisser fermenter.

L’urine est très-efficace pour humecter toutes les substances qu’on fait entrer dans la formation des composts[1] ; elle augmente la vertu fertilisante de chacune d’elles, et facilite la fermentation de celles qui ont besoin d’être décomposées pour servir à la nutrition.

On combine encore l’urine avec le plâtre,

  1. On appelle compost le mélange, par couches, de différentes sortes d’engrais, nous en parlerons par la suite.