Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/202

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

père se considérait le maître de Fontile et il n’avait pas les moyens que nous avons aujourd’hui. Berthomieu, placé entre la liquidation de ses affaires et son désir de se venger de nous, n’a pas hésité. Je réglerai plus tard le cas de Chamel.

Je n’eus aucune opposition et à deux heures l’officier rapporteur me proclama élu. Les premières personnes à me féliciter, après mon entourage, furent Gilberte Berthomieu et André Laroudan.

Après ces vives émotions, j’éprouvai le besoin de rentrer en moi-même. Je sautai dans la voiture et la lançai comme une flèche vers la campagne. Au bord du petit bois où j’avais avoué ma détresse à Daniel, je mis pied à terre et respirai. Les arbres frémissaient doucement ; la rivière, basse à cette époque, heurtait des pierres à fleur d’eau. Ils me rappelaient mes rêves ambitieux, mon angoisse d’agir, mon impatience de modeler la vie.

Devant moi, derrière la ligne des usines, entre les deux ponts, s’étendait la ville, avec ses inté-