Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— 104 —


quelque commodité, en ce que les gens do pied peuvent marcher à l'ombre, Aussi bien n'est-il pas possible d'aller en carrosse sur ce pavé détestable, s'il en fut jamais, et fait de gros quartiers de pierre, qui, en quelques en- droits, est une espèce de porphyre. Ainsi on peut dire que le malheur d'être roué est récompensé par l'honneur. Mes reins pourroient vous en dire des nouvelles. Venons au détail.


Le premier et le principal article est l'Université ; mais, à vrai dire, cela étoit bon autrefois. Aujourd'hui que les universités sont tombées, celle-ci l'est encore plus que les autres. Les écoliers, si redoutables par leur nombre et leur puissance, ne sont plus qu'en très-petit nombre, et la plupart du temps les professeurs prêchent aux bancs. Cependant il y en a toujours un grand nombre d'habiles, et parmi eux plusieurs gens de qualité qui ne rougissent point, comme en France, de rendre leurs talents utiles à la société, ni de passer pour savoir quelque chose. De tous les collèges qui étoient à Padoue, il n'en reste qu'un nommé II Bo, où l'on trouve une belle cour d'ordre do- rique, par Palladio ; un théâtre d'anatomie fait comme un puits, dans le fonds duquel on pose le cadavre sur une table ; tout le tour du puits est en gradins, où les écoliers peuvent se placer au nombre de cinq cents et voir la dé- monstration, sans se gêner dans ce petit espace ; chaque partie que l'on démontre étant bien éclairée par une dis- position de lumière faite exprès… C'est le fameux Fra Paolo, servite, qui en a inventé la forme et donné le dessin… Une salle d'histoire naturelle remplie de toutes les choses qui ont rapport à ce sujet, et de squelettes de toutes sortes d'animaux… Une bibliothèque que l'on bâtit sur un dessin le meilleur et le plus convenable à un grand amas de livres.


Je vais tout de suite du collège au jardin des plantes, quoique ce soit fort loin. On peut en être content, même quand on a vu celui de Paris. On a écrit sur les jambages delà porte cette jolie inscription : Hic oculi, hincmanus. Il est circulaire, entouré d'un mur orné d'une balustrade et ouvert par six arcades qui donnent dans six autres jardins. Les plantes y sont en grand nombre, très-bien venues et passablement disposées. Il y a dans le grand jardin des pièces d'eau pour les plantes aquatiques, ce