Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Voilà ce me semble ce qu’il y a de mieux en édifices publics, ‘à quoi je n’ajouterai plus qu’un mot sur les écoles publiques, que forment d’assez grands bâtiments, dont le cloître est rempli de monuments élevés en faveur des gens qui se sont distingués dans cette Université, ou qui y ont fait du bien. Tout cela est fort peinturé, tant bien que mal ; mais il y a deux morceaux de grande distinction. L’un est une fresque, imitation d’un monument de marbre blanc, si parfaite qu’il faut passer la main dessus à plusieurs reprises, pour être convaincu qu’il n’y a pas de relief ; l’autre est de Mademoiselle Muratori, pour l’ornement du tombeau de son père. La plus belle partie des écoles [scuole] est le théâtre d’anatomie, de la main d’Antonio Levante ; c’est une pièce superbe, faite en amphithéâtre, où les spectateurs sont assis. On y voit des statues et des bustes en bois des anatomistes et des plus célèbres physiciens de Bologne, entre lesquels je reconnus avec satisfaction mon ami Malpighi. Tout cela est au mieux, et les Bolonais ont raison de s’en faire fête.


Quant aux maisons particulières, remarquez au i alais Caprara une cour et un escalier assez beaux ; mais surtout une galerie, espèce de petit arsenal qui est un vrai bijou, meublé de velours vert, sur lequel sont posés des trophées de toutes espèces d’armures turques, orientales ou antiques, disposées avec toute la richesse et tout le goût possibles. Les grands bureaux qui régnent de chaque côté, tout le long de la galerie, portent des casselins de glaces, contenant une quantité innombrable de babioles curieuses, médailles, bronzes, ordres de chevalerie, monnaies orientales, et principalement la dépouille de la tente du général hongrois Tekeli, lorsqu’il eût été défait par le maréchal Caprara, dont la statue en bronze ferme le fond de la galerie.


Au palais Fantuzzi, une façade magnifique d’ordres dorique et ionique, et, qui pis est, les colonnes sont toutes taillées en espèces de pointes de diamants, ce qui produit un effet fort singulier. Canali en est l’architecte, et je crois que c’est un françois qui a fait le superbe escalier d’ordre composite qui est au dedans.


Le palais Magnani, beau morceau de Tibaldi. Le petit palais Malvezzi.


Autre plus beau de Michel -Ange Buonarotti (vous