Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



eûmes-nous mis le pied sur les terres de cette république mirmidonne, que l’eau se mit à tomber d’une telle force, que, si j’en voyois la peinture dans une relation, à coup sûr je n’en croirois rien. En moins d’une demi-heure l’impériale de ma chaise fut percée, et en même temps votre serviteur le fut aussi et arriva à Lucques comme feu Moïse sauvé des eaux. La situation de Lucques est assez singulière ; elle est absolument environnée d’un cercle de montagnes, et placée dans le fond au milieu d’une petite plaine, comme au fond d’un tonneau. Je lui trouve en tout un peu l’air de Genève, si ou en excepte le lac et le Rhône. La ville est de même grandeur, les fortifications se ressemblent beaucoup ; elles sont belles, moins cependant que celles de Genève. Leur principal défaut est d’être trop basses ; elles sont peu éloignées, et le fossé est presque comblé. Le rempart, garni d’une artillerie nombreuse, est coupé en terrasses à quatre gradins du côté de la ville, et, sur chaque gradin, un rang d’arbres ; de sorte qu’on fait par-là fort agréablement le tour de la ville : c’est ce qu’il y a de mieux à Lucques, qui entre nous ne valoit pas trop la peine de se détourner. Le pavé <le la ville, tout de pierre piquée pour la commodité des chevaux, est néanmoins le plus beau qu’on puisse trouver, et les ru’ s ne manquent pas d’avoir de temps en temps d’assez belles maisons. Le palais de la république soroit très-vaste et d’un grand air, s’il n’étoit imparfait plus qu’à demi. Mais aussi, si on l’eût fini, tout l’Etat auroit bien tenu dedans. Voici le surplus en bref. — A Saint-Martin, un portail gothique curieux à force d’être mauvais. Un beaucoup plus méchant à la cathédrale ; le dedans de cette église est obscur de quelques nuances plus qu’un four : le pavé, de petite marqueterie de marbres, mérite d’être remarqué. Dans la nef à gauche, il y a une chapelle ou plutôt un petit temple isolé, au milieu duquel est le fameux crucifix appelé le San Volto, ou Volto Santo,’ sculpté par les anges sur le dessin de Nicodême, qui étoit aussi méchant sculpteur que saint Lucétoit mauvais peintre. Le crucifix est vêtu, comme un seigneur, d’une belle redingote de velours rouge, et coiffé d’une couronne de pierreries. La Vie de la Vierge est peinte dans la chapelle à gauche, d’assez bonne main. Les tableaux de la droite ne sont pas mauvais non plus ; j’ai noté une