Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



briques[1]. Chaque famille de considération en avoit autrefois une dans sa maison ; c’étoit la marque distinctive au temps de la république. La ville est peu jolie et triste, comme le sont toutes les villes bâties de briques. Elle en est aussi entièrement pavée[2], et même fort mal ; cela est commode pour les chevaux et fort désagréable pour les gens à pied. Sa situation sur toutes sortes de montagnes en rend le terrain fort inégal et l’enceinte trés-irrégulière. La place publique est d’une forme particulière : elle est quasi faite comme une coquille ou tasse à boire. On la remplit d’eau, quand on veut, par le moyen d’une grande et abondante fontaine qui est dans le haut, et l’on peut alors se promener sur la place, dans de petits bateaux, tandis que les carrosses s’y promènent de leur côté, sur les bords et tout autour de la tasse. Ce sont des loups qui jettent l’eau de la fontaine : ils sont en grande recommandation à Sienne, à cause de la louve qui allaita Remus et Romulus, dont on trouve l’effigie à chaque coin de rue, nommément sur une belle colonne de granit antique au coin du palais public.


Ce palais est un vieux bâtiment qui n’a rien de recommandable, ou du moins de curieux, que quelques peintures plus antiques encore et plus laides que lui. La salle du conseil est d’Ambroise Lorenzetti et de Pétri, en 1328. La chapelle de Thadeo Bartoli, en 1407, excepté le tableau de l’autel, plus moderne et d’assez bonne manière, par le Sodoma[3], dont la manière est fort estimée dans le pays. La salle du fond est bien ornée d’une quantité de portraits de papes et de cardinaux siennois, d’un plafond représentant diverses actions républicaines des Romains, par Beccafumi, et de plusieurs autres bons tableaux ; mais la plus fameuse peinture de la ville est la Madone des Dominicains, peinte en 1221 par Guido de Senis, et qui ébranle furieusement la priorité accordée à Cimabue, puisque cette Madone est antérieure de vingt ans à la naissance de

  1. Un grand nombre des tours ont été démolies.
  2. Sienne est aujourd’hui pavé de dalles ; comme Florence.
  3. Sainte-Famille, d’une grâce et d’un coloris charmant. On remarque dans le palais du Municipe, salle des archives, les fresques politiques et allégoriques de Petri Lorenzetti, le Buon Governo, le Cattivo Governo, etc.