Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je ne m’étends pas davantage sur l’opération de Pichetti, dont vous pourrez voir le détail, soit dans la troisième décade de l’Histoire universelle de Bianchini, soit dans l’extrait qu’en a donné Fréret au tome IX de nos Mémoires. Je me contente de vous marquer qu’il y auroit bien des choses à dire sur le calcul hypothétique que fait Bianchini, d’où il prétend inférer que la dixième couche, qu’il regarde comme la plus ancienne lave qu’ait jamais vomie le Vésuve, et par conséquent la première éruption de cette montagne, peut être fixée à l’an 2500 avant l’ère vulgaire. J’essaierai tout à l’heure de faire un calcul plus exact que celui de Bianchini, et, selon l’apparence, il nous donnera une antiquité plus reculée de nombre de siècles. Il est évident que toute cette augmentation de terrain n’est pas sortie de la cavité actuelle du Vésuve, et n’a pu être fournie que par le gouffre spacieux du Monte Somma, que j’ai dit être l’ancien gouffre qui sauta au temps de Pline ; et même la vallée qui le sépare du Vésuve s’appelle encore Atrium ou foyer, marque évidente que c’est là qu’étoit autrefois le volcan. Mais voici une observation qui prouve sans réplique que l’ancien Vésuve n’avoit qu’un sommet, et que ce sommet unique étoit le Monte Somma : cette observation est tirée d’un manuscrit que l’abbé Entieri m’a communiqué à Naples, duquel j’ai déjà tiré quelques-unes des choses ci-devant alléguées. En creusant dans le voisinage d’un monastère situé vers la racine extérieure du Monte Somma, du côté du nord, on y a trouvé des laves à la profondeur de deux cents pieds en terre. Or, il est clair que ces laves qui ne se lancent point, mais qui coulent lentement du gouffre jusque dans la plaine, n’ont pu venir que du Monte Somma, et non du Vésuve, qui est séparé de ce monastère, tant par le Monte Somma, que par la vallée qui règne entre les deux montagnes.

Je reviens au calcul fait par Bianchini, et je veux le refaire à mon tour, par une estimation plus exacte. Nous verrons quel en sera le produit.