Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


à moi, ou que n’appelliez-vous ? J’avois commencé par gronder Henri : jamais encore il n’avoit osé venir la nuit dans ma chambre ; la harpe et la musique l’avoient comme ensorcelé, et de peur de vous réveiller, j’ai pris patience : mais si vous aviez donné le moindre signe que vous ne dormiez pas, Henri se seroit sauvé. — Je l’aurois dû, Josephine, et j’y ai pensé ; mais la crainte de me compromettre… la décence.… Oui, j’entends, dit Josephine, la décence, peut-être un peu de fierté, ont laissé la vertu et l’honneur sans secours ! Assurément je vous pardonne, Mademoiselle ; mais avouez que personne ne fait tout ce qu’il doit. Vous n’avez pu vous résoudre à chasser Henri, et certes ni moi non plus… Mais