Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


caire. — Est-il possible, Josephine ? — Rien n’est plus vrai, Mademoiselle ; à telles enseignes que voilà une croix qu’il m’a donnée : voilà aussi une bague ; et vous connoissez mes Heures avec leurs crochets d’argent, il me les a données aussi : tenez, les voilà ; elles ont été imprimées à * *, et le nom de M. l’Évêque s’y trouve tout de son long. — Mais il y a eu un an à Pâques que vous étiez bien éloignée de mon Oncle le Grand-Vicaire : il avoit émigré déjà, et il étoit en Espagne. — Cela est vrai, Mademoiselle ; mais étois-je éloignée aussi du frère de Madame votre Mère, Mr. le Marquis de * * *. — Ah, mon Dieu ! Josephine ! — Pour celui-là il ne m’a rien donné qu’un vieux d’or, qu’il avoit peut-être pris à Mme. la Marqui-