Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47

faut qu’il soit beau. Je désavouerois mon fils, s’il pouvoit y avoir quelque chose de mesquin et d’ignoble dans ses procédés. Il y eut hier vingt-cinq ans tout juste que je fis un présent, que j’appellerai préliminaire, à Mlle. de Schönfeld, aujourd’hui Baronne d’Altendorf. J’y étois autorisé, à la vérité, par ses parens et les miens. Cette alliance convenoit aux deux maisons, et avoit été desirée sur-tout par le Grand-pere de mon Épouse, par ses Oncles, par sa respectable Mere… Vous m’envoyâtes une fort belle montre, interrompit la Baronne ; je l’ai encore, et ce n’est pas le seul présent de prix que vous m’ayez fait.

Voilà qui est fort bien, dis-je à mon tour, en m’adressant au vieux Baron ;