Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Après la seconde rentrée du roi et la disparition finale de Bonaparte, le ministère étant aux mains de M. le duc d’Otrante et de M. le prince de Talleyrand, je fus nommé président du collège électoral du département du Loiret[1]. Les élections de 1815 donnèrent

  1. Voir, au tome XXIII des Œuvres complètes, le discours prononcé par Chateaubriand, le 22 août 1815, à l’ouverture du collège électoral, à Orléans. Il n’a pas recueilli la lettre-circulaire que, le 7 août, il avait adressée à chacun des électeurs du Loiret, et dont voici le texte :
    « Paris, le 7 août 1815.
    « Monsieur,

    « Vous savez sans doute que la Chambre des Députés a été dissoute par une Ordonnance du Roi, en date du 13 juillet de cette année, et que, par la même Ordonnance, les Collèges électoraux sont convoqués.

    « Le Roi, Monsieur, m’ayant fait l’honneur de me nommer président du Collège électoral du département du Loiret, je m’empresse de vous adresser cette lettre, pour vous inviter à vous rendre à Orléans, le vingt-deuxième jour du présent mois d’août, jour de l’ouverture des Collèges électoraux de Département.

    « Dans les circonstances difficiles où nous nous trouvons, il est important. Monsieur, pour l’honneur et le salut de la France, que le choix des Électeurs tombe sur des hommes graves et prudents, fidèles à leur Roi, dévoués à leur pays, instruits des lois du Royaume, attachés à ces principes de morale qui sont la base de tout ordre politique, et sans lesquels il n’y a point d’institutions durables. Vous vous empresserez donc, Monsieur, de concourir à un but si utile ; une partie des embarras qui sembleraient devoir vous retenir dans vos foyers, ne peut disparaître que par la réunion des deux Chambres ; ainsi, vos intérêts particuliers, autant que l’intérêt général de la pairie, exigent impérieusement votre présence à l’Assemblée du Collège électoral.

    « J’ai l’honneur d’être, avec une haute considération,

    « Monsieur,

    « Votre très humble et très obéissant serviteur,

    « Le Ministre d’État, ambassadeur de S. M. T. C. à la Cour de Suède, Pt du Coll. élect. du Dépt du Loiret,

    « Vicomte de Chateaubriand. »