Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

m’occupai guère de Moguntia, de son archevêque, de ses trois ou quatre sièges, et de l’imprimerie[1] par qui cependant je régnais. Francfort, cité de Juifs, ne m’arrêta que pour une de leurs affaires : un change de monnaie.

La route fut triste : le grand chemin était neigeux et le givre appendu aux branches des pins. Iéna m’apparut de loin avec les larves de sa double ba-

    sa beauté. Quand je serai sur l’autre bord, j’aurai vraisemblablement passé le fleuve d’oubli. Savez-vous ce que j’ai fait en route ? J’ai relu les lettres de Mirabeau sur Berlin. J’ai été frappé d’une chose, c’est de la légèreté, de l’incapacité de ce gouvernement, qui voyait la correspondance d’un pareil homme, et qui ne devinait pas ce qu’il était. Tout Mirabeau, et Mirabeau très supérieur, est dans cette correspondance diplomatique ; l’avenir de l’Europe y est à chaque ligne. Eh bien ! cet homme qui, deux ans après, devait renverser la France, s’humilie, demande qu’on lui donne un petit titre diplomatique, et qu’on ne l’emploie pas dans une mission honteuse et non avouée. Il pense qu’on ne peut pas garder un imbécile d’ambassadeur qu’on avait à Berlin ; mais il ne porte pas ses vues si haut ; le moindre poste lui suffirait. Il s’abaisse jusqu’à proposer d’aller, déguisé en marchand, étudier les frontières orientales de l’Autriche ! Cela fait mal à lire ; mais aussi cela m’a fait faire de tristes réflexions. Quand ma correspondance vaudrait celle de Mirabeau, me connaîtra-t-on mieux ? J’ai prédit cinq ans l’avenir de la France, ne m’a-t-on pas tout nié jusqu’au dernier moment ? Mais Mirabeau, si outrageusement méconnu, s’est vengé, et je ne me vengerai pas. Au reste, je vois ici des traces de cette vengeance : une ville à moitié écrasée par les bombes, des figures sur des tombeaux, des effigies de saints mutilés par les sabres de l’égalité, la mort et la vie profanées par cette révolution dont les soldats n’étaient un moment vaincus à Mayence que pour aller exterminer les Vendéens. Allons ! demeurons incorrigibles ! Recommençons ! on recommencera ! — Je voudrais savoir assez d’allemand pour offrir à lady Clara l’hommage de mon respect ».

  1. Mayence est la patrie de Guttemberg, qui fit dans cette ville les premiers essais de l’art de l’imprimerie en 1438 ou 1440.