Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Lord Liverpool[1] n’était pas, comme lord Londonderry, le principal ministre ; mais c’était le ministre le plus influent et le plus respecté. Il jouissait de cette réputation d’homme religieux et d’homme de bien, si puissante pour celui qui la possède ; on vient à cet homme avec la confiance que l’on a pour un père ; nulle action ne paraît bonne si elle n’est approuvée de ce personnage saint, investi d’une autorité très supérieure à celle des talents. Lord Liverpool était fils de Charles Jenkinson, baron de Hawkesbury, comte de Liverpool, favori de lord Bute. Presque tous les hommes d’État anglais ont commencé par la carrière littéraire, par des pièces de vers plus ou moins bons, et par des articles, en général excellents, insérés dans les revues. Il reste un portrait de ce premier comte de Liverpool lorsqu’il était secrétaire particulier de lord Bute ; sa famille en est fort affligée : cette vanité, puérile en tous temps, l’est sans doute encore beaucoup plus aujourd’hui ; mais n’oublions pas que nos plus ardents révolutionnaires puisèrent leur haine de la société dans des disgrâces de nature ou dans des infériorités sociales.

Il est possible que lord Liverpool, enclin aux réformes, et à qui M. Canning a dû son dernier ministère, fût influencé, malgré la rigidité de ses principes religieux, par quelque déplaisance de souvenirs. À l’époque où j’ai connu lord Liverpool, il était presque arrivé à l’illumination puritaine. Habituellement il demeurait seul avec une vieille sœur, à quelques

  1. Lord Liverpool remplissait dans le cabinet les fonctions de premier Lord de la Trésorerie. — Voir sur lui, au tome I, la note 1 de la page 321 (note 10 du Livre VI de la Première Partie).