Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/303

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

château ; peut-être en fut-il ainsi ; mais, quand on joue, on doit calculer les chances de la partie ; on doit surtout ne pas écrire à un ami de quelque valeur une lettre telle qu’on rougirait d’en adresser une semblable au valet coupable qu’on jetterait sur le pavé, sans convenances et sans remords. L’irritation du parti Villèle était d’autant plus grande contre moi, qu’il voulait s’approprier mon ouvrage, et que j’avais montré de l’entente dans des matières qu’on m’avait supposé ignorer.

Sans doute, avec du silence et de la modération (comme on disait), j’aurais été loué de la race en adoration perpétuelle du portefeuille ; en faisant pénitence de mon innocence, j’aurais préparé ma rentrée au conseil. C’eût été mieux dans l’ordre commun ; mais c’était me prendre pour l’homme que point ne suis ; c’était me supposer le désir de ressaisir le timon de l’État, l’envie de faire mon chemin ; désir et envie qui dans cent mille ans ne m’arriveraient pas.

L’idée que j’avais du gouvernement représentatif me conduisit à entrer dans l’opposition ; l’opposition systématique me semble la seule propre à ce gouvernement ; l’opposition surnommée de conscience est impuissante. La conscience peut arbitrer un fait moral, elle ne juge point d’un fait intellectuel. Force est de se ranger sous un chef, appréciateur des bonnes et des mauvaises lois. N’en est-il ainsi, alors tel député prend sa bêtise pour sa conscience et la met dans l’urne. L’opposition dite de conscience consiste à flotter entre les partis, à ronger son frein, à voter même, selon l’occurrence, pour le ministère,