Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que la Vallée qualifiée de ſi délicieuſe plaine eſt toute compoſée de Monts ſeparés entre eux quaſi partout par des gorges la plupart impraticables. C’eſt dans la Vallée même que la Farfa trouve à chaque pas les obſtacles qui la font écumer. Elle n’y trouve pour lit que des précipices profonds non ſuſceptibles ordinairement du moindre sentier. Cela eſt tres-bien exprimé par Ovide lorſqu’il appelé la Farfa une Rivière à ombres Ovid. Metam. lib. XIV. v. 33.noires & opaques. Opacæ Farfarus umbræ : ce que la leçon ſuivie par Biondi a ſi mal à propos changé en amœnæ Farfarus umbræ. La Farfa ne commence à ſe trouver des bords aiſés agréables, qu’au lieu apelé Granica ſous Caſtel-S. Pietro, c’eſt-à-dire dans le lieu, où elle eſt près de quitter la Vallée. Un lieu ainſi fait eſt appelé cependant Vallée pour deux raiſons, la première, que les hauts Monts qui la compoſent en ont de plus hauts qui les enferment & qui les couronnent ; & la ſeconde ; que l’aprêté du Sol en ce quartier n’exclut nullement la bonté. Il n’eſt pas juſqu’au Mont de Monpée, qui eſt le plus élevé de la Vallée, & qui n’offre que du rocher du coté de Rome qui