Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


stoire ne parle plus de ce Roi après qu’elle l’a fait envoïer dans la priſon d’Albe. Je me bornerai à ceux, dont la mention peut être fondée ſur des preuves.


CXXXVI. Tiburtinum des Romains Tiburtins : des Coſſinius des Coponius des Rubellius.

On peut parler à ce titre dabord de toutes les M. de C. que durent avoir à Tibur, les Maiſons Romaines d’extraction Tiburtine. De ce nombre furent la famille Caſſinia qui venoit d’un Caſſinius Tiburtin que Cicéron qualifie de père du chevalier Romain tres-diſtingué qui vivoit de ſon tems, ainſi que celle Coponia iſſue d’un Coponius que le même Orateur dans le même endroit, dit avoir été de la même Ville & n’en être pas moins parvenu aux dignités de Rome, où il avoit laiſſé le principe de deux branches dans deux neveux [1]. L’Ordre équeſtre dont étoit la première de ces Maiſons eſt un motif peut-être de croire que ſa poſſeſſion fut dans cet endroit au dela de Ponte-Lucano, où l’on voit un grand tombeau antique qui conſerve l’ornement

  1. L. Caſſinius Tiburs pater ejus equitis Romani optimi & ornatiſſimi… ex eadem Civitate Coponius civis item ſumma virtute & dignitate (nepotes L. & C. Coponios noſtis) civis Romanus eſt factus. Cic. pro L. Com. Balbo num 53.