Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


thodiste, qui, après lui, habita cette maison en 1848, entendit des bruits semblables, mais plus forts et plus fréquemment répétés.

La famille Fox comptait quatre individus, le mari, la femme et deux jeunes filles.

Un soir, celles-ci étaient près de se coucher, et des coups se faisaient entendre, quand une d’elles, sans intention, ayant fait claquer ses doigts, le bruit fut aussitôt reproduit comme par un écho. L’autre jeune fille frappe dans sa main, en disant : comptez 1, 2, 3, 4, 5, et on lui obéit.

Mme Fox demande l’âge de ses enfants, et un nombre de coups égal à celui des années de chacun d’eux est la réponse.

À la question : Êtes-vous un être humain ? silence absolu .

Si vous êtes un esprit, répondez par deux coups et les deux coups sont frappés.

Enfin, l’esprit répond qu’il est celui d’un colporteur que l’on assassina à l’âge de trente et un ans, et que l’on enterra dans la maison. Il se nommait Charles Rayn, dit-il.

Le langage de l’esprit était fort simple ; on prononçait successivement la série des lettres de l’alphabet et il frappait à chaque lettre que l’on prononçait dans l’ordre des mots de la réponse. Exemple : pour mot Charles il frappait successivement.

Dans la 1re revue de l’alphabet, aux lettres C, H.

2e

A, R.

3e
à la lettre L.

4e
aux lettres E, S.