Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


crayon tout ce que l’esprit veut leur faire écrire ou dessiner.

Le bras de ces médiums est généralement raide comme s’il était affecté du tétanos.

c. Les médiums speaking, inspirés par un esprit, prononcent des paroles, soit à l’état de veille ou de sommeil naturel, souvent avec un timbre de voix fort différent de leur timbre habituel. On raconte que des médiums ayant voulu résister à l’esprit qui les possédait sont tombés dans de violentes convulsions, tant l’esprit est jaloux des prérogatives du commandement.

Les médiums speaking, en proie à cet esprit dominateur, prononcent des sermons, des discours politiques. Ils parlent, assure-t-on, des langues qui leur sont inconnues.

d. Des médiums sont mis par l’esprit qui s’est emparé d’eux, dans un état analogue à celui d’une personne magnétisée. À toutes les questions adressées verbalement ou mentalement à l’esprit qui les possède ils répondent tantôt par des coups frappés dans la main ou par des gestes, tantôt en promenant le doigt sur les lettres d’un alphabet qu’on leur a présenté.

e. Il est des médiums qui, jouissant, à l’état de veille, de la clairvoyance magnétique, voient les esprits et les entendent ; d’autres racontent avec des détails minutieux les visions que leur offre l’esprit qui s’est emparé d’eux.

f. Des médiums reproduisent avec la plus grande fidélité les traits de la figure, le son de la voix, l’atti-