Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette position ne peut être un préservatif absolu, car elle ne préserve pas d’une contrariété de mouvements, puisqu’elle ne vous soustrait pas absolument au double effet du tangage et du roulis, La vérité est que telle personne debout qui éprouvera le mal de mer dans une circonstance, ne l’éprouvera point assise dans la même circonstance.


C. — Couchées.

301.Si d’être couché est une position favorable contre le mal de mer, reconnaissons bien que ce n’est point encore un préservatif absolu pour le prévenir, lorsqu’il s’agit de personnes très-irritables ; je n’oublierai jamais avoir vu un passager de Douvres à Calais montrer les premiers symptômes du mal de mer avant le départ du paquebot, et quoiqu’il fût assis encore ! Nul doute que la crainte du mal toujours présente à la pensée dans une constitution délicate ou irritable, incapable par une cause quelconque d’éprouver une diversion à l’influence de la pensée qui la domine actuellement, ne puisse être combattue par aucun moyen efficace. Les personnes dont je parle sont dans le cas de celles qui, préoccupées de la peur de verser en voiture, peuvent être continuellement contrariées dans leurs mouvements. Enfin, quoique couché, la vue venant à se fixer sur des objets qui rendent sensibles les mouvements du vaisseau, peut occasionner le mal qu’on veut combattre. Il y a donc avantage à fermer les yeux ; je ne dis pas à se plonger dans l’obscurité, car alors certaines personnes pourraient s’imaginer