Page:Clémenceau-Jacquemaire - Madame Roland, 1926.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
89
LA RÉVOLUTION

Le ministère, sorti de l’insurrection devant la Commune où Danton grandissait, présentait les caractères de l’anarchie jusque dans son titre de Conseil exécutif provisoire. L’Assemblée lui avait retranché, en le nommant, toute assurance de stabilité. Il était là, non pour gouverner, mais pour exécuter les décrets d’une Assemblée soumise aux mouvements capricieux de nerfs surmenés. S’il ne possédait plus grand pouvoir, il lui restait moins encore de dignité, ce que Mme Roland ressentait âprement et endurait avec impatience.

Rappelé à l’Intérieur, Roland, pour protester contre cette confusion des pouvoirs, crut prendre sa revanche en faisant voter sur l’heure que les ministres pourraient introduire dans leur département respectif toutes les modifications qu’ils jugeraient opportunes, facilité dont il usa immédiatement en appelant à la direction de ses bureaux des hommes à lui : Lanthenas et Champagneux tout d’abord.

C’est alors que Robespierre se découvrit. Il prononça contre le parti de la Gironde une attaque ouverte. Les événements couraient avec une force acquise contre laquelle il ne se trouvait toujours personne pour opposer un frein, et la politique de Roland se heurtait, en toute occasion, à la Commune de Paris.

Une déception d’ordre personnel vint s’ajouter à l’extrême angoisse de l’homme public. Depuis quelque temps, Lanthenas, qui avait formé certains liens avec la Montagne, se séparait fréquemment du parti girondin et se montrait irrité contre Buzot[1] qu’il croisait trop souvent pour son goût dans l’appartement privé des Roland. Épris de Mme Roland depuis de longues années, Lanthenas avait supporté son effacement tant qu’il n’avait pas craint qu’un autre fût mieux traité que lui. Il se permit des reproches indiscrets auxquels Mme Roland répondit vertement.

Elle a « enduré deux scènes violentes », dit-elle, elle n’en tolérera pas une troisième. Lanthenas osa alors se plaindre à Roland même et, après un échange de billets durs et hautains,

  1. Buzot venait d’être nommé député par le département de l’Eure.