Page:Clément - La Revanche des communeux.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XV
REPRISE DES HOSTILITÉS


Si les débats relatifs au Mont-de-Piété cessèrent le 25 avril et ne recommencèrent que le 6 mai, cela ne veut pas dire qu’on ne fit rien à l’Hôtel-de-Ville pendant ces onze jours. On y décréta la démolition de la chapelle Bréa et de la colonne Vendôme ; la formation d’un Comité de Salut public ; puis, comme hors-d’œuvre, on y reçut les francs-maçons, avec force discours et embrassades. Enfin, le citoyen Beslay, dit le doyen de la Commune, se donna la douce satisfaction d’adresser une longue lettre au misérable Thiers, qui dut bien rire en la lisant si, toutefois, il s’en donna la peine.

On se demande quel intérêt trouva la Commune à faire afficher cette lettre sur les murs de Paris ?

Quelle influence pouvaient exercer sur l’esprit de la population parisienne et sur le criminel entêtement de l’assassin en chef de Versailles, les souvenirs de collège et les cris de désespoir du citoyen que la Commune avait eu la malheureuse idée de nommer son délégué à la Banque.

Les braves gens des faubourgs ont dû se tordre ou rire jaune, en s’arrêtant devant cette affiche épistolaire, qui commence ainsi : « Au citoyen Thiers, chef du Pouvoir exécutif de la République française. »