Page:Clément - La Revanche des communeux.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



II
GENS DE L’ORDRE DORMEZ EN PAIX


Communiqué :

« L’identité de la femme qui s’est noyée avec son enfant et dont le cadavre a été retrouvé en aval du pont des Arts, il y a huit jours, n’a pas encore été constatée. Cependant tout porte à supposer que c’est la misère qui a poussé cette malheureuse à cet acte de désespoir. »

Amen !…

Et n’en demandez pas davantage. Ce n’est, après tout, qu’un suicide de plus à enregistrer aux profits et pertes du combat pour la vie.

Et dire qu’il ne vient pas à l’esprit du plus simple des bourgeois, qui se prétend bon enfant, de constater que l’enquête qu’on fait sur un suicidé ne le rend pas à la vie et qu’il serait peut-être plus efficace de chercher de suite s’il n’y aurait pas mieux à faire pour que la misère ne fût plus une cause de suicide pour ses malheureux semblables !

Quand on fait des enquêtes, on n’en saurait trop faire. Et puisqu’on se livre bien à ces travaux d’hercule pour une malheureuse femme et son enfant, il est tout naturel qu’on s’y donne à bras raccourcis quand il s’agit d’une révolution qui