Page:Claudine a l'Ecole.pdf/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
230
CLAUDINE À L’ÉCOLE

idées fausses et de mauvaises lectures, mais elle ne manque pas de personnalité, - on voit tant de dindes ! - Seulement, vous, la lectrice de Michelet, tâchez de me dire comment vous iriez, en bateau, d’Amiens à Marseille, ou je vous flanque un 2 dont vous me direz des nouvelles !

— Partie d’Amiens en m’embarquant sur la Somme, je remonte.... etc., etc... canaux... etc., et j’arrive à Marseille, seulement au bout d’un temps qui varie entre six mois et deux ans.

- Ça, c’est pas votre affaire.Système orographi que de la Russie, et vivement.

(Heu ! je ne peux pas dire que je brille particulièrement par la connaissance du système orographique de la Russie, mais je m’en tire à peu près sauf quelques lacunes qui semblent regrettables à l’examinateur.)

- Et les Balkans, vous les supprimez, alors ?

(Cet homme parle comme un pétard.)

- Que non pas, Monsieur, je les gardais pour la bonne bouche.

— C’est bon, allez-vous en.

On s’écarte sur mon passage avec un peu d’indignation. Ces chères petites belles !

Je me repose, on ne m’appelle pas, et j’entends avec épouvante Marie Belhomme qui répond à Roubaud que « pour préparer de l’acide sulfurique, on verse de l’eau sur de la chaux, que ça se met à bouillonner ; alors on recueille le gaz dans un bal lon.. » Elle a sa figure des vastes gaffes et des