Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



D’ailleurs, ils auroient dû raiſonner ſur les diſtances, les ſituations & les grandeurs, comme ſur les figures ; & conclure, qu’au moment où un aveugle-né ouvriroit les yeux à la lumiere, il ne jugeroit d’aucune de ces choſes. Car elles ſe retrouvent toutes en petit dans la perception des différentes parties d’un globe & d’un cube. C’eſt ſe contredire, que de ſuppoſer qu’un œil, qui diſcerneroit les ſituations, les grandeurs & les diſtances, ne ſauroit diſcerner les figures. Le docteur Barclai eſt le premier qui ait penſé que la vue par elle-même ne jugeroit d’aucune de ces choſes.