Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



De l’idée que la vue jointe au toucher donne de la durée. Etonnement de la Statue, la premiere fois qu’elle remarque le paſſage du jour à la nuit, & de la nuit au jour.

Quand notre Statue commence à jouir de la lumiere, elle ne ſait pas encore que le ſoleil en eſt le principe. Pour en juger, il faut qu’elle ait remarqué, que le jour ceſſe preſque auſſi-tôt que cet aſtre a diſparu. Cet événement la ſurprend ſans doute beaucoup, la premiere fois qu’il arrive. Elle croit le ſoleil perdu pour toujours.

Environnée d’épaiſſes té