Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Du goût réuni au toucher.

Ce ſens n’a preſque pas beſoin d’apprentiſſage. Le ſens du goût s’inſtruit ſi promptement, qu’à peine s’apperçoit-on qu’il ait beſoin d’apprentiſſage. Cela devoit être, puiſqu’il eſt néceſſaire à notre conſervation, dès les premiers momens de notre naiſſance.

La faim ſentie pour la premiere fois, n’a point d’objet déterminé. La faim ne peut encore avoir d’objet déterminé, lorſque la Statue en éprouve pour la premiere fois le ſentiment : car les moyens, propres à la ſoulager, lui ſont