Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une odeur, dont il reſtoit quelque ſouvenir. Mais depuis la réunion de l’odorat au toucher, il peut encore embraſſer l’action de toutes les facultés propres à lui procurer la jouiſſance d’un corps odoriférant. Ainſi lorſqu’elle deſire une fleur, le mouvement paſſe de l’organe de l’odorat dans toutes les parties du corps ; & ſon deſir devient l’action de toutes les facultés, dont elle eſt capable.

Il faut remarquer la même choſe à l’occaſion des autres ſens. Car le toucher les ayant inſtruit, continue d’agir avec eux, toutes les fois qu’il peut leur être de quelque ſecours. Il