Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


prêtent mutuellement des ſecours. Le bon & le beau ſe prêtent des ſecours mutuels. Une pêche que voit la Statue, lui plaît par la vivacité des couleurs : elle eſt belle à ſes yeux. Auſſi-tôt la ſaveur s’en retrace à ſon imagination : elle eſt vue avec plus de plaiſir, elle en eſt plus belle. La Statue mange cette pêche ; alors le plaiſir de la voir ſe mêle à celui de la goûter : elle en eſt meilleure.

L’utilité contribue à l’un & à l’autre. L’utilité contribue à la bonté & à la beauté des choſes. Les fruits bons & beaux, par le ſeul plaiſir de les voir & de les ſavourer, ſont meilleurs & plus beaux, lorſque nous penſons qu’ils ſont propres à rétablir nos forces.