Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


hors de la portée de ma main ? Quelle idée me ſerois-je fait d’un organe, qui ſaiſit à une ſi grande diſtance les formes & les grandeurs ? Eſt-ce un bras qui s’allonge d’une maniere extraordinaire pour aller juſqu’à elles, ou viennent-elles juſqu’à lui ? Pourquoi ſe porte-t-il au-delà de certains corps, tandis qu’il eſt arrêté par d’autres ? Comment touche-t-il dans les eaux les mêmes objets, qu’il touche encore au-dehors ? Eſt-ce une illuſion, ou en effet toute la nature ſe reproduit-elle ?

Il me ſemble qu’à chaque objet que j’étudie, je me fais une nouvelle maniere de voir, & me