Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


couleurs différentes. Immobile à cette vue, tout appele mes regards. à peine, je les détourne, que je ne ſais, ſi je les dois fixer ſur les objets que je viens de découvrir, ou les reporter ſur ceux que je viens de perdre. Je les conduis avec inquiétude des uns aux autres ; & mieux je démêle toutes les Senſations dont je jouis, plus je ſuis ſenſible au plaiſir de voir.

Curieuſe, je parcours avec empreſſement des lieux, dont le premier aſpect m’a ravie ; & j’aime à reconnoître à l’ouie, à l’odorat, au goût & au toucher, les objets qui me frappent les yeux de toute part. Toutes mes Senſations ſemblent