Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


objets qu’elle touche. Expériences qui achevent de lui faire contracter cette habitude. étonnée de cette découverte, elle cherche autour d’elle, ſi elle ne touchera pas tout ce qu’elle voit. Sa main rencontre un corps d’une nouvelle couleur, ſon œil apperçoit une autre ſurface, & les mêmes expériences lui font porter les mêmes jugemens.

Curieuſe de découvrir s’il en eſt de même de toutes les Senſations de cette eſpece, elle porte la main ſur tout ce qui l’environne ; & touchant un corps peint de pluſieurs couleurs, ſon œil contracte l’habitude de les démêler ſur une ſurface qu’il