Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


quelquefois des corps lumineux lui paroîtront plus proches qu’ils ne ſont, & au contraire, des corps peu éclairés lui paroîtront plus éloignés. Ils ſeront en contradiction avec le toucher. Il pourroit même arriver à ſes yeux d’être en contradiction, au point de ne pouvoir plus s’accorder à porter avec lui les mêmes jugemens. Ils verront, par exemple, de la convexité ſur un relief peint, où la main n’appercevra qu’une ſurface platte. Sans doute étonnée de ce nouveau phénomene, elle ne ſait lequel croire de ces deux ſens : en vain le tact releve l’erreur de la vue ; les yeux accoutumés à juger par