Page:Considerant - Théorie générale de Fourier.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Théorie générale de Fourier.



COUP-D’ŒIL


SUR LA


THÉORIE DES FONCTIONS


C’est un entrelacement général où chacun donne et reçoit.

Bichat. (Anatomie générale.)



Chaque être renferme dans son propre sein les forces nécessaires à l’expansion complète de sa vie, et se trouve généralement placé dans un milieu approprié à toutes les conditions de son existence. Les sociétés humaines ne sont point en dehors de cette loi ; elles ont à leur disposition tous les éléments indispensables à la formation de leur unité vivante, et possèdent en elles-mêmes toutes les puissances créatrices qui, en se développant suivant les âges, doivent, à l’aide de ces éléments diversement combinés, réaliser les phases successives de la vie sociale. Mais, pour parvenir à la connaissance des lois et du but de la vie d’un être, à quelque degré qu’il soit placé dans l’échelle des créations, ce serait suivre une fausse route que d’étudier cet être isolément, en lui-même. La raison de son existence resterait toujours mystérieuse, ses fonctions dans l’ordre général de l’univers ne pourraient être déterminées, si les observations qui le concernent n’embrassaient que lui seul. Aucune lumière ne jaillirait d’une étude ainsi dirigée, car chaque élément de l’univers, tout en jouissant d’une existence particulière et bien distincte, participe à la vie générale, exerce une action sur les autres éléments, et reçoit en même temps leur influence. Ainsi donc, pour connaître le but de la vie d’un être ou sa Destinée, il faut étudier en dehors de lui ceux avec lesquels il gravite vers un centre commun, et s’élever à la considération des lois de ce centre de vie, élément supérieur de l’uni-