Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 11, 1839.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des hommes. Il y a peut-être parmi vous un père ou quelqu’un chargé d’un dépôt plus sacré, l’enfant d’un fils qu’on a perdu ; c’est à lui que je m’adresse. En vain vous parlez de justice, lorsque le poids de votre pouvoir s’appesantit sur les plus faibles ! et quoique vous puissiez vous abuser vous-mêmes, le plus pauvre gondolier du canal sait…

Ici il fut arrêté par son compagnon, qui plaça rudement sa main sur sa bouche.

— Pourquoi te permets-tu d’arrêter les plaintes d’Antonio ? demanda le juge d’une voix sombre.

— Il n’était pas convenable, illustre sénateur, d’écouter un langage si peu respectueux devant une aussi noble assemblée, répondit Jacopo en s’inclinant profondément. Ce vieux pêcheur est exalté par l’amour qu’il porte à son petit-fils, et il dit des choses dont il se repentira lorsqu’il sera de sang-froid.

— Saint-Marc ne craint pas la vérité. S’il a quelque chose de plus à dire, qu’il parle.

Mais l’enthousiaste Antonio commençait à réfléchir. Les couleurs qui animaient ses joues brunies par le soleil disparurent, et sa poitrine nue cessa de se gonfler. Il restait debout et honteux comme un homme qui vient d’être arrêté plutôt par la prudence que par sa conscience. Son regard était baissé, et son visage exprimait le respect.

— Si je vous ai offensés, illustres patriciens, ajouta-t-il d’un ton plus doux, je vous prie d’oublier le zèle d’un vieillard ignorant, qui n’a pas été maître de ses souvenirs, et qui sait mieux dire la vérité que la rendre agréable à de nobles seigneurs.

— Tu peux te retirer.

Les gardes s’avancèrent, et, obéissant à un signe du secrétaire, ils conduisirent Antonio et son compagnon à la porte par laquelle ils étaient entrés ; les autres officiers les suivirent, et les juges secrets restèrent seuls dans la chambre où ils dictaient leurs arrêts.