Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fort par notre hanche que, appuyé sur le cabestan, je le voyais à travers le gréement du mât d’artimon. De cette manière l’Aurore se trouvait à l’abri des bordées du vaisseau anglais, n’étant exposée qu’à la décharge des trois ou quatre canons qui formaient la batterie de l’avant, s’il jugeait à propos de s’en servir. Soit qu’il répugnât aux Anglais de recourir à une mesure si extrême, quand nous étions si complètement dans les eaux américaines, soit qu’ils eussent assez de confiance dans la rapidité de leur marche pour juger toute autre démonstration inutile, ce qui est certain, c’est qu’ils ne firent plus usage du canon.

Comme il était facile de le prévoir, le Leander avait toutes ses petites voiles dehors avant nous, et je crus remarquer que la célérité de sa marche s’était accrue. Il commençait évidemment à nous gagner ; mais nous nous approchions encore plus de la terre. Toutefois il y avait danger imminent qu’il nous atteignît avant que nous eussions pu doubler la pointe, et il fallait prendre immédiatement quelque mesure énergique pour l’éviter.

— Après tout, monsieur Marbre, dis-je après avoir observé longtemps avec mes officiers l’état actuel des choses, il serait peut-être à propos de carguer nos voiles légères, et de nous laisser approcher par le vaisseau de guerre. Nous sommes d’honnêtes gens après tout, et il n’y a pas grand mal à ce qu’il voie tout ce que nous avons à lui montrer.

— Gardez-vous-en bien ! s’écria Marbre. Après cette longue chasse, John Bull va être aussi furieux qu’un ours qui se sent blessé. Il ne nous laissera pas un matelot à bord, et il y a gros à parier qu’il enverra l’Aurore à Halifax, sous un prétexte ou sous un autre : que les sucres ne sont pas assez sucrés ; ou bien que le café est venu dans une île française ; que sais-je, moi ? Non, non, capitaine. Le vent est sud-sud-ouest, et nous avons le cap au nord-nord-demi-est, avec cet individu-là derrière nous. Dès que nous serons d’un quart plus au nord, le drôle sera juste dans nos eaux.

— Oui, très-bien, comme théorie ; mais voyons un peu dans la pratique. Nous nous avançons vers Montauk avec un sillage de dix nœuds, et vous m’avez dit, vous-même, qu’il y a un récif à la hauteur de cette pointe, précisément dans la direction que nous suivons. À ce compte, avant un quart d’heure, nous devons nous y briser en mille pièces.