Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et non par aucune des ruses infernales de vos requins de terre. Cela étant, vous pensez bien que je ne suis nullement tenté d’en céder la possession à ce M. Tassel.

— Il me serait presque aussi pénible de vendre ce bien, répondit la vieille femme, tandis que l’expression de sa figure contristée confirmait ce qu’elle disait, que de me le voir ravi par des fripons. Je vous ai dit que mon père était né dans cette maison ; j’étais sa fille unique, et quand Dieu l’appela à lui, ce qui arriva douze ans après mon mariage, la petite ferme me revint naturellement. Elle aurait été à moi dès ce moment, sans aucune charge ni aucune restriction quelconque, sans une faute commise dans ma première jeunesse. Ah ! mes amis, c’est une grande illusion de faire mal, et de croire pouvoir se soustraire aux conséquences.

— Le mal que vous avez fait, ma bonne dame, reprit Marbre, s’efforçant de consoler la pauvre créature, dont les larmes commençaient alors à couler abondamment, le mal que vous avez fait ne saurait être grand-chose. S’il s’agissait d’un loup-garou tel que moi, ou même de Miles que voici, qui est une espèce de saint de mer, il pourrait y avoir encore de quoi faire un petit compte assez raisonnable ; mais, sur le grand livre que votre conscience tient au courant, je parierais que la page de l’actif est toute pleine, et qu’au passif il n’y a que zéro.

— C’est ce qui n’arrive à personne sur la terre, mon jeune ami, — Marbre était jeune en comparaison de sa compagne, quoiqu’il eût cinquante ans bien sonnés. — Ma faute ne fut rien moins que de violer un des commandements de Dieu.

Mon lieutenant ne laissa pas que d’être étonné de cet aveu ingénu ; car, pour lui, violer les commandements, c’était tuer, voler, ou blasphémer. Les autres péchés défendus par le Décalogue, il en était venu par l’habitude à ne les regarder que comme des misères.

— Je pense qu’il y a ici quelque méprise, chère dame, dit-il, comme pour la consoler ; vous avez pu tomber dans quelques petites peccadilles, mais cette violation des commandements est quelque chose de sérieux.

— Et pourtant j’ai violé le quatrième. J’ai omis d’honorer mon père et ma mère ; néanmoins le Seigneur a été miséricordieux, puisqu’il m’a laissée si longtemps sur la terre ; mais c’est l’effet de sa bonté, mais non d’aucun mérite de ma part.